Newsletter Spectra Diagnostic N°2

GENETIQUE

Diagnostiquer les maladies rares à répétitions

Fort de son expérience sur le diagnostic de l’X Fragile, grâce au kit de PCR AmplideX™ FMR1 qui amplifie et détecte les répétitions CGG du gène FMR1, Theradiag agrandit sa gamme AmplideX™. Diagnostiquer les maladies à répétitions de triplets reste un challenge pour de nombreux laboratoires de génétique. Désormais grâce à son workflow simple et à sa technologie robuste et reconnue, AmplideX® permet d’estimer la taille des expansions répétées dans la dystrophie myotonique de type I (DM1, ou maladie de Steinert) et dans la maladie de Huntington, sans avoir recours au Southern Blot et en une seule étape. De plus, cette solution se développe également sur la quantification des copies du gène SMN dans le cadre des amyotrophies spinales proximales (SMA). AmplideX™ offre ainsi une unique technologie disponible pour diagnostiquer les maladies à répétitions et pour la quantification des copies de SMN.

Theradiag SA


IMMUNO-HEMATOLOGIE

L’immuno-hématologie automatisée pour les petits et moyens laboratoire

Fabriqué par Immucor, L’Echo Lumena™ est un système entièrement automatisé permettant de réaliser des tests de routine en immunohématologie (groupe ABO-RH1, phénotypes RH-KEL1, recherche d’agglutinines irrégulières) et des tests plus spécialisés (identification d’agglutines irrégulières sur plusieurs panels, tests de compatibilité…). Pour la recherche des anticorps anti-érythrocytaires (dépistage et identification), l’appareil utilise la technologie Capture® correspondant à un test indirect à l’antiglobuline en phase solide : les micropuits sont recouverts de membranes d’hématies immobilisées. La technologie Capture®, brevetée par Immucor, a démontré une excellente sensibilité notamment dans la détection des anticorps anti-D. L’Echo Lumena™ est un automate compact, adapté aux laboratoires de taille petite à moyenne. Le système est flexible grâce à l’accès continu aux échantillons, réactifs et consommables. Sa fonction de gestion de l’urgence permet de planifier à tout moment le lancement d’un échantillon à caractère urgent, optimisant ainsi les flux de travail.
Ce dispositif, couplé à la solution de gestion de données immuLINK®, permet de gérer facilement les données, comme la gestion des antériorités mais également de consulter et de valider les résultats à distance.
Pour les hospitaliers, une offre promotionnelle est actuellement en cours sur le site du resah.

Immucor France


MICROBIOLOGIE

Base de données MS MALDI-TOF enrichie pour l’identification avec certitude d’un Candida auris

bioMérieux, après avoir reçu le marquage CE IVD en juin 2018, a lancé en mars 2019 la dernière base de données VITEK® MS V3.2.0 désormais approuvée par la FDA. Cette dernière contient d’importants agents pathogènes émergents. En plus de Candida auris, il s’agit de la première base de données CE IVD à inclure la bactérie Brucella. Candida auris, est une levure multi-résistante émergente qui peut provoquer de graves infections invasives, potentiellement mortelles, en particulier chez les patients immunodéprimés. Elle est hautement transmissible et présente un risque d’épidémies prolongées d’ILS (Infections Liées aux Soins).
« Certaines souches de Candida auris sont résistantes à de nombreux médicaments antifongiques. Nous ne l’avons pas vu avec d’autres espèces de Candida », explique le Dr Alexandre Alanio, Mycologue MD Ph.D. à l’Hôpital Saint Louis à Paris. L’identification de Candida auris est particulièrement difficile car la plupart des autres systèmes d’identification ont de réelles difficultés à le distinguer de C. haemulonii. Le Vitek® MS, système d’identification basé sur la spectrométrie de masse MALDI-TOF, propose des résultats fiables en quelques minutes, un processus particulièrement simple et des performances élevées.
Début 2018, la base de données Vitek® avait été mise à jour en version 3, permettant l’identification des mycobactéries, des Nocardia, et des moisissures (dont les dermatophytes et les champignons dimorphiques). Des protocoles et kits dédiés aux identifications de moisissures et de mycobactéries/Nocardia ont également été mis sur le marché dans le même temps.
Vitek® MS est l’une des solutions intégrées d’Identification antibiogramme (ID/AST) de la société. Tout comme leurs solutions d’hémocultures, Vitek® MS est conçu pour des tests de routine comme pour les tests les plus complexes. C’est la raison pour laquelle cette base de données est constamment mise à jour pour permettre une identification rapide des nouvelles menaces de résistance, incluant maintenant Elizabethkingia anophelis, Brucella et Candida auris.
Les équipes R&D de bioMérieux finalisent actuellement la prochaine mise à jour de la base de connaissance V3.3, qui étendra encore la capacité d’identification de bactéries aérobies et anaérobies, et de moisissures à forte valeur médicale, notamment pour les mycobactéries, les Nocardia, les Aspergillus et les Rhizopus.

bioMérieux


MICROBIOLOGIE

Helminthes : un premier test PCR multiplexe dans les selles en temps réel

Groupe français leader dans le diagnostic médical de spécialité in vitro et les sciences de la vie, Eurobio Scientific a lancé son nouveau panel Allplex™ GI Helminthes, marqué CE-IVD : le premier test de PCR multiplexe en temps réel pour la détection des helminthes dans les selles, directement à partir du tube primaire.
Ce kit, développé et fabriqué par Seegene™ (Séoul, Corée du Sud), permet la détection et la différenciation en un seul puits de PCR, des 9 pathogènes suivants : Strongiloides spp. ; Necator Americanus ; Ancylostoma spp. ; Ascaris spp. ; Trichuris trichiura ; Enterobius vermicularis ; Hymenolepis spp. ; Taenia spp. et Enterocytozoon spp. / Encephalitozoom spp.
Ce panel vient ainsi enrichir l’offre d’Eurobio Scientific en Parasitomoléculaire® et permet d’envisager une offre complète en parasitologie.
Le kit Allplex™ GI Helminthes est :
• automatisable sur les plateformes Nimbus™ ou STARlet™,
• complet (contrôles internes, négatifs et positifs inclus dans le kit),
• simple d’utilisation, notamment grâce à son logiciel Seegene Viewer permettant l’auto-interprétation des résultats,
• complémentaire au kit Allplex™ GI parasites, il permet la recherche complète des infections parasitaires du tube digestif (protozoaires et helminthes) à partir d’un tube primaire unique,
• efficace, la technologie Allplex™ donne l’opportunité de détecter simultanément les pathogènes gastro-intestinaux : « GI virus », « GI bactéries I » « GI bactéries II » et « GI Parasites/Helminthes ».
La biologie moléculaire permet de caractériser avec efficacité et précision les parasites, bactéries et/ou virus responsables de gastro-entérites. Les cliniciens peuvent adapter plus rapidement les traitements, ce qui contribue ainsi à une meilleure prise en charge des patients.

Eurobio Scientific


TOXICOLOGIE

Dépistage urinaire des nouveaux opioïdes de synthèse

6 nouveaux réactifs destinés aux dépistages toxicologiques urinaires sont disponibles chez Abbott pour utilisation sur les modules de chimie de la famille Architect : 6-acétylmorphine, EDDP, buprénorphine, oxycodone, fentanyl et tramadol.
Les 3 dernières molécules sont des opioïdes de synthèse dont le mésusage ou l’addiction sont responsables d’un nombre considérable de décès ou d’intoxications aux USA depuis quelques années. L’usage croissant qui en est fait également en France depuis peu a conduit l’ANSM à publier en février 2019 un rapport intitulé : « État des lieux de la consommation des antalgiques opioïdes et leurs usages problématiques ».
Ces coffrets réactifs sont fabriqués par la société Immunalysis, spécialisée dans le développement de réactifs de toxicologie par méthode immuno-enzymologique en phase homogène. A noter qu’Immunalysis est le seul fabricant à proposer un réactif EIA pour le dépistage du Tramadol. Les produits fabriqués par Immunalysis étaient auparavant distribués par Alere, racheté par Abbott en 2017.
Ces réactifs peuvent être utilisés en qualitatif, ou en semi-quantitatif. Ils sont liquides et prêts à l’emploi, el les seuils proposés sont conformes aux recommandations du CDC et de l’AACC. L’adaptation de ces réactifs sur les automates Alinity est prévue pour la fin de l’année 2019.
L’arrivée de ces paramètres porte à 20 le nombre de paramètres disponibles chez Abbott pour les dépistages toxicologiques sur Architect.

Abbott Diagnostics


URGENCES

suPAR : un biomarqueur pronostic de l’inflammation pour le triage aux urgences

Le suPAR (soluble urokinase Plasminogen Activator Receptor) est un biomarqueur de l’inflammation. Le niveau de suPAR reflète le niveau d’activation immunitaire et augmente dans de nombreuses maladies infectieuses (virales/bactériennes) et d’autres processus inflammatoires.
La protéine suPAR est la forme soluble de l’uPAR (urokinase Plasminogen Activator Receptor – agissant dans le processus de transformation Plasmine-Plasminogène) principalement exprimée à la surface des cellules immunitaire dont les neutrophiles, les cellules-T activées, les macrophages, les podocytes, les cellules endothéliales et les myéloïdes immatures. Sa mesure permet d’estimer les chances de survie, et de surveiller l’évolution et la progression de la maladie. Sa valeur prédictive négative permet d’exclure une maladie grave.
Le dosage se fait sur plasma (EDTA/héparine) et le test suPARnostic® TurbiLatex est adapté en turbidimétrie sur canal ouvert. Le marquage CE est disponible sur les modules Cobas c500 et c700 series de la société Roche depuis mars 2019, et il est en cours de finalisation sur d’autres plateformes de turbidimétrie.

ViroGates S/A


EQUIPEMENT DE LABORATOIRE

Préparation et traitement automatisés des tubes

La solution Sarstedt Ivaro est un système de traitement d’échantillons pour les tubes, les micro-tubes à vis ou les cryo-tubes. La conception unique et la polyvalence de ce système permettent la réalisation automatisée de procédures variées de manière rapide et sûre.
Cet automate est un instrument idéal pour l’étiquetage, l’identification, le tri, la pesée et le pipetage de nombreux tubes au sein du laboratoire. La suppression d’étapes de travail jusque-là manuelles, soulage le personnel du laboratoire et permet de garantir une plus grande fiabilité des analyses. Le marquage clair des échantillons à l’aide d’un code-barres unique ainsi que l‘enregistrement de toutes les étapes de travail améliorent aussi la clarté et la traçabilité du traitement des échantillons. Le concept breveté des deux bras de préhension fonctionnant en parallèle ainsi que les nombreuses options modulaires associées au design compact et fonctionnel permettent le traitement rapide, reproductible et sûr des échantillons, même en cas d’applications complexes. Le logiciel de commande performant repose sur une puissante base de données et met à la disposition de l’opérateur un grand nombre de fonctions. De nombreux ajustements personnalisés permettent une utilisation optimale dans les procédures de laboratoire existantes.

SARSTEDT France


VIE DES SOCIÉTÉS

SeqOne lève 3 millions d’euros pour sa plateforme de génomique

La start-up de bio-informatique SeqOne a réussi une levée de fonds de 3 millions d’euros menée par Elaia avec la participation de l’Irdi-Soridec et de BPI France. SeqOne souhaite ainsi accélérer le développement de sa plateforme d’analyse et d’interprétation des données issues du séquençage du génome, et en promouvoir l’accès auprès des établissements hospitaliers et des laboratoires de biologie médicale.
Alors que les progrès technologiques autour de la médecine génomique s’accélèrent et font naître de grands espoirs dans la prévention et le traitement des cancers, des maladies rares et des maladies chroniques, le fossé entre le potentiel offert par le séquençage du génome et son usage en tant qu’outil opérationnel de diagnostic ne cesse de se creuser, dans l’attente d’outils d’interprétation efficaces face à cette masse de données génomiques.
La société montpelliéraine s’est fixée comme mission de mettre à disposition une telle solution, simple, économique et accessible dans le cloud.
SeqOne est dirigé par Nicolas Philippe, titulaire d’un doctorat en bio-informatique et auteur de certains des outils open source les plus populaires au sein de la communauté. Il est également lauréat de plusieurs prix dont le prix Hélène Starck pour la recherche contre le cancer et le prix d’entrepreneuriat iLab. L’équipe possède plus de vingt ans d’expérience combinée dans l’analyse des données génomiques NGS (Next Generation Sequencing) ainsi qu’une expérience reconnue dans la gestion de systèmes sécurisés, à haut débit et à haute disponibilité basés dans le Cloud.
Développée depuis cinq ans en partenariat avec l’iRMB et le CHU de Montpellier et soutenue en Occitanie par la SATT AxLR et l’incubateur BIC de Montpellier Méditerranée Métropole, cette solution combine un ensemble de technologies innovantes (intelligence artificielle, big data) et est actuellement utilisée dans cinq CHU et trois laboratoires privés d’analyse génétique partout en France. La solution est également en évaluation dans une dizaine d’autres CHU.
Pour Nicolas Philippe, fondateur-directeur général de SeqOne : « L’adoption de notre technologie par les plus grands CHU français et les laboratoires de biologie médicale démontre non seulement l’intérêt de l’analyse génomique pour la médecine de précision mais encore la performance et l’utilité de notre solution analytique. »
« Depuis la généralisation du séquençage génomique, les professionnels de santé sont confrontés à un besoin urgent d’outils efficaces pour analyser et gérer un énorme volume de données médicales avec précision, réactivité et productivité. Par son expertise reconnue en Intelligence Artificielle, SeqOne permet de répondre à ce besoin. Chez Elaia, nous adorons le fait que les techniques numériques les plus avancées permettent de faire progresser la qualité des soins médicaux » déclarent Marc Rougier et Franck Lescure, Partners chez Elaia.

SeqOne


Baxter et bioMérieux à la recherche de nouveaux biomarqueurs de l’IRA

Baxter International Inc., un acteur américain leader des soins intensifs, et bioMérieux ont conclu un accord de collaboration pour le développement de futurs biomarqueurs permettant d’identifier rapidement l’insuffisance rénale aiguë (IRA) et de donner des informations pour le traitement. Cette annonce a été rendue publique lors du Symposium international sur les soins intensifs et la médecine d’urgence (ISICEM – International Symposium on Intensive Care and Emergency Medicine) qui s’est tenu en mars dernier. Les termes détaillés de l’accord n’ont pas été communiqués.
« Nous sommes déterminés à améliorer l’état de santé des patients gravement malades tout au long de leur parcours de soins. Cela consiste notamment à saisir les opportunités de diagnostiquer l’IRA plus précocement afin que le patient bénéficie de la meilleure thérapie », a déclaré Reaz Rasul, directeur général de l’activité Acute Therapies de Baxter. « En collaborant avec les équipes de bioMérieux, nous pourrons conjuguer leur expertise dans le domaine du diagnostic avec notre expérience en matière d’avancées médicales les plus récentes apportées aux unités de soins intensifs. »
« En tant que leader des solutions pionnières de diagnostic, nous nous réjouissons de collaborer avec Baxter pour relever les défis importants de la médecine en soins intensifs tels que l’IRA. Pour y parvenir, les équipes d’Astute, société récemment acquise par bioMérieux, sont engagées dans le développement de nouveaux biomarqueurs à forte valeur médicale pour améliorer la prise en charge des patients », a déclaré Mark Miller, directeur exécutif, Affaires médicales de bioMérieux.
L’IRA est une diminution soudaine de la fonction rénale qui intervient sur une période de quelques heures à quelques jours. Elle est souvent la conséquence d’une maladie, d’un traumatisme ou d’une infection. La perte soudaine de la fonction rénale entraîne l’accumulation de toxines et de liquides dans le sang qui, si elle n’est pas traitée, peut entraîner la mort. Le stade le plus sévère de l’IRA nécessite une dialyse pour remplacer la fonction de purification du sang assurée par les reins. L’IRA est une complication de plus en plus fréquente des maladies aiguës au sein des unités de soins intensifs et des hôpitaux. Son diagnostic précoce est donc essentiel.

Baxter International Inc
bioMérieux


Sebia : de nouveaux arrivants au service de son développement

Sebia, acteur majeur dans le domaine de l’électrophorèse, s’appuie désormais sur l’expérience et l’expertise de Laurent Pinault comme nouveau vice-président Europe, Moyen-Orient et Afrique et de Cyrille Schreider en tant que nouveau directeur marketing global.
Laurent Pinault est double diplômé de l’Ecole de Management de Lyon et certifié coach professionnel au Centre International du Coach. Il a débuté sa carrière dans le DIV chez Biomérieux en 1993, puis dans l’imagerie médicale entre 2000-2006 au sein de Eastman Kodak.
En 2006, il prend la direction commerciale France de Tosoh, puis en devient le DG pour la France/Benelux et l’Afrique du Nord. En 2015, il intègre Becton Dickinson comme DG France pour le diagnostic puis pour tout le segment Life Science en Afrique de l’Ouest/centrale.
Laurent Pinault devra accélérer le développement de la zone EMEA par la prise de parts de marché sur des domaines clés comme le diabète, et par sa participation active aux stratégies marketing et opérationnelles de Sebia.
La diversité de ses expériences, son dynamisme et sa capacité à fédérer doivent contribuer au succès de Sebia sur ses marchés actuels et futurs. Il vise notamment de développer Sebia à l’international (nouvelle filiale au Portugal en 2019) et de devenir le leader du marché en HbA1c d’ici 3 ans en EMEA.
D’autre part, depuis janvier 2019, Cyrille Schreider a rejoint le groupe Sebia au poste de Directeur Marketing Global. Il est sous la responsabilité directe du PDG, Jean-Marc Chermette, et membre du Comité de Direction du Groupe. Titulaire d’un Doctorat en biologie cellulaire et moléculaire à l’Inserm, Cyrille Schreider affiche près de 18 ans d’expérience en marketing et ventes dans l’industrie du diagnostic in vitro. Auparavant, il travaillait chez Bio-Rad et occupait le poste de Directeur Marketing Diagnostic Médical de la zone EMEA, ayant pour la première fois intégré cette société en 2012. Il a précédemment occupé diverses fonctions chez Seegene et Werfen au niveau européen, et développé des alliances dans le domaine du diagnostic moléculaire notamment avec Cepheid.
Cyrille Schreider a pour mission de définir la stratégie marketing de Sebia dans le domaine du myélome, du diabète et d’autres maladies chroniques puis d’accompagner la forte croissance du Groupe dans ses actions internationales.

Sebia


Mobidiag : des accords internationaux pour distribuer ses solutions diagnostiques

Mobidiag Ltd., société de diagnostic moléculaire proposant des solutions pour la détection des maladies infectieuses et des résistances aux antibiotiques, a signé plusieurs accords avec des partenaires internationaux pour la distribution de ses produits Amplidiag® et Novodiag® en Europe et au Moyen-Orient.
Les accords exclusifs de distribution signés avec Helix2 et Interlab Interautomatika UAB portent respectivement sur la Grèce d’une part et sur la Lettonie et la Lituanie d’autre part. La société a également conclu son premier accord au Moyen-Orient avec Ibn Rushd Medical & Scientific Equipment Co. pour la distribution de Novodiag® au Koweït. Les accords entrent en vigueur immédiatement et sont prévus pour une période de deux ans.
Tuomas Tenkanen, PDG de Mobidiag, a déclaré: « Nous sommes ravis d’avoir étendu notre présence commerciale sur de nouveaux territoires internationaux, incluant notre premier accord au Moyen-Orient. Mobidiag continue de voir la demande croître pour nos solutions et nous sommes en discussion avec plusieurs autres partenaires de distribution internationaux, les clients recherchant des solutions de diagnostic complètes pour un large éventail de maladies infectieuses dans des laboratoires centralisés et décentralisés. »

Mobidiag


PROFESSION

Résultats de la Global-PPS 2018 sur l’utilisation des antibiotiques et les résistances

Lors de l’ECCMID (European Congress of Clinical Microbiology & Infectious Diseases) bioMérieux et le Laboratoire de Microbiologie Médicale de l’Université d’Anvers ont annoncé les résultats 2018 de la Global Point Prevalence Survey (GLOBAL-PPS), étude portant sur l’utilisation des antibiotiques et la résistance bactérienne dans les hôpitaux du monde entier. Depuis son lancement en 2015, cette étude a été menée dans près de 800 hôpitaux de 80 pays et a recueilli les données de plus de 200 000 patients hospitalisés.
D’une envergure sans précédent, la GLOBAL-PPS est renouvelée chaque année. Elle rassemble des informations cruciales sur la prescription d’antibiotiques et la résistance des bactéries à ces traitements. Elle permet aux hôpitaux participants de faire évoluer leurs pratiques. La qualité des données collectées permet de comparer les résultats au sein d’un établissement et entre établissements et peut conduire à élaborer des plans d’amélioration au niveau de l’hôpital, voire au niveau national.
« Nous avons été surpris de constater dans la GLOBAL-PPS 2018 que les antibiotiques à large spectre continuent d’être aussi largement utilisés et prescrits principalement en traitement empirique, ce qui illustre le recours insuffisant à des tests de diagnostic pour qualifier les infections. Des directives sur les antibiotiques manquent toujours dans de nombreux hôpitaux de pays à ressources limitées et, si elles existent, elles ne sont pas assez respectées. Un autre résultat frappant est la durée de la prophylaxie antibiotique péri-opératoire : plus d’un jour chez environ 80 % des patients ayant subi une intervention chirurgicale dans ces pays. Le besoin de formation est important et nous allons développer en 2019 un cours spécifique en e-learning, permettant de mettre en place des actions conduisant à un usage approprié des antibiotiques, sur la base des résultats de la GLOBAL-PPS », déclare le professeur Goossens, responsable du projet GLOBAL-PPS.
La GLOBAL-PPS a fait l’objet de plusieurs publications majeures, dont une dans la revue scientifique The Lancet Global Health*, et est désormais reconnue par des organismes internationaux de référence (OMS, Médecins Sans Frontières, CDDEP, IDSA, BSAC…). En 2019, elle a été le sujet de 10 posters et de 2 présentations orales par des hôpitaux participants lors du Congrès ECCMID.
En 2019, la GLOBAL-PPS est renouvelée pour la cinquième année consécutive. Elle comprendra un nouveau module sur les infections liées aux soins, qui sera un outil d’aide supplémentaire pour permettre aux hôpitaux de développer leurs plans d’actions afin d’améliorer l’utilisation des antibiotiques.

* www.thelancet.com/journals/langlo/article/PIIS2214-109X(18)30186-4/fulltext

bioMérieux
Global PPS


SCIENCES

Cancer du poumon métastatique : une thérapie ciblée pour améliorer l’efficacité du traitement

Les nouveaux traitements disponibles pour certaines populations atteintes de cancer du poumon présentent une réelle efficacité, mais celle-ci est limitée dans le temps et des rechutes successives sont courantes. Accroître l’efficacité des traitements et trouver de nouvelles thérapies reste donc une priorité.
C’est sur cette problématique qu’a travaillé une équipe Inserm/AP-HP/Université Paris Descartes menée par Patricia Forgez pour développer une thérapie ciblée pour augmenter la sensibilité des tumeurs les plus agressives aux sels de platine, chimiothérapie incontournable contre le cancer du poumon.
Dans de précédents travaux, Patricia Forgez et ses collaborateurs ont montré que les tumeurs pulmonaires et surtout celles à un stade métastatique surexpriment le récepteur à la neurotensine. Cette petite molécule produite dans les intestins et le cerveau se trouve également anormalement surexprimée dans les tumeurs, où en se liant à son récepteur, elle déclenche de manière continue une cascade de signaux stimulant la croissance, la survie et la migration des cellules tumorales. Celles-ci sont ainsi beaucoup plus agressives et peu ou pas sensibles aux sels de platine. En corrélant la surexpression du récepteur à la neurotensine avec un plus mauvais pronostic observé chez les malades, les chercheurs ont démontré que ce récepteur est un acteur de la progression tumorale.
Ils ont donc développé un anticorps neutralisant spécifiquement la forme de neurotensine produite par les tumeurs. Un test chez plusieurs modèles de souris a montré que la tumeur régressait de 40 à 65 % en taille et perdait en agressivité. Les souris traitées présentaient ainsi moitié moins de métastases ganglionnaires et pulmonaires que les animaux non traités. Les chercheurs ont également montré que l’administration concomitante de l’anticorps avec un sel de platine permettait de restaurer ou d’améliorer l’efficacité du traitement en améliorant l’accès de la molécule thérapeutique à sa cible.
L’objectif à terme est le développement d’une thérapie ciblée permettant de bloquer le récepteur à la neurotensine afin d’affaiblir les cellules tumorales et d’améliorer leur sensibilité aux sels de platine.
Les sels de platine sont toxiques pour l’organisme et il n’est donc pas possible d’augmenter les doses en cas de résistance. Administrer cet anticorps permettrait de rendre la tumeur plus sensible au traitement. En outre, chez la souris, il a été très bien toléré sur le long terme.
Des résultats encourageants sur le cancer du poumon chez l’homme permettraient d’étendre cette thérapie aux autres cancers exprimant la neurotensine et son récepteur : cancer du sein, de l’ovaire, de l’endomètre, de la prostate, du pancréas, de l’estomac et du côlon.

WU Z et al., Modulation of lung cancer cell plasticity and heterogeneity with the restoration of cisplatin sensitivity by Neurotensin antibody, Cancer Letters, 2019; 444(1):147-161


MANIFESTATIONS 2019

• Assises de Pathologie – Aix-les-Bains – 16-17 mai 2019
• Paris Healthcare Week (HopitalExpo, HIT…) Paris – 21-23 mai 2019
• Congrès SFMM et SFP – Tours – 22-24 mai 2019
• Congrès SFTA-STC – Lille – 22-24 mai 2019
• Journées Nationales d’Infectiologie – Lyon – 5-7 juin 2019
• Journées Françaises de spectrométrie de masse Strasbourg – 16-19 septembre 2019
• Congrès de la SFTS – Nantes – 18-20 septembre 2019
• Congrès National de la Société Française de Microbiologie Paris – 30 sept.-2 octobre 2019
• Journées marocaines de biologie clinique (SMCC) Maroc – 26-28 septembre 2019
• Congrès francophone de biologie clinique – Hôtel El Aurassi – Alger – Algérie – 11-12 octobre 2019
• Carrefour Pathologie – Palais des Congrès Paris – 4-7 novembre 2019
• Journées Francophones de Biologie Médicale Monaco – 6-8 novembre 2019
• MEDICA 2019 – Düsseldorf, Allemagne – 18-21 novembre 2019
• JIB 2019 – Palais des Congrès – Porte Maillot – Paris 21-22 novembre 2019
• Journées de Biologie Praticienne (JBP) – Paris, Maison de la Chimie – 6-7 décembre 2019 à Paris
• RICAI – 15-17 décembre 2019